L’HISTOIRE D’UN CRIME

D’APRES L’OEUVRE DE JACQUES CHESSEX.

capture-decran-2016-10-01-a-02-22-34

Un Juif pour l’exemple, c’est l’histoire d’un crime antisémite qui hante la mémoire de Jacques Chessex depuis son enfance. En 1942, l’écrivain a huit ans et vit à Payerne, un bourg de Suisse romande, dans le canton de Vaud. L’Allemagne nazie est à son apogée et les relents nauséabonds de la peste brune n’épargnent pas la campagne vaudoise. En ces années noires, la bourgade de Payerne est touchée par les faillites, le chômage et la crainte que le pays ne soit entraîné dans la guerre. Dans ce contexte tendu, certains cherchent des boucs émissaires. Dans l’arrière-pays vaudois comme dans le reste de l’Europe, ce seront les Juifs.

LIRE LA SUITE

LA PIÈCE

HISTOIRE

Un Juif pour l’exemple se caractérise par une écriture chirurgicale, impitoyable et puissante, une écriture au bistouri qui fait éclater de manière impressionnante la rage et le dégoût de l’auteur face aux silences imposés par la bonne conscience collective. Ce texte qui déterre une réalité historique peu ragoûtante provoque un profond malaise dans la région concernée. Les autorités et la population locales ont toujours tenté d’occulter ce meurtre sordide qui impliqua des gars du coin, attitude qui en dit long sur l’acceptation passive des actes antisémites, à Payerne comme ailleurs en Suisse.

LIRE LA SUITE

JACQUES CHESSEX

BIOGRAPHIE

Né à Payerne le 1er mars 1934, Jacques Chessex fait ses études à Fribourg, puis à Lausanne où il entreprend des études de lettres et rédige un mémoire sur Francis Ponge. Il s’oriente ensuite vers l’enseignement du français, mais écrit dès son plus jeune âge de la poésie. Il publie en 1954 un premier recueil : « Le Jour proche », bientôt suivi de trois autres volumes : « Chant de printemps », « Une voix la nuit », « Batailles dans l’air » ….

LIRE LA SUITE

Après avoir suivi l’École Professionnelle d’Art Dramatique Périmony à Paris, Thierry Roland rentre à Genève afin de mettre son apprentissage au service de son art. De formation classique, par les cours qu’il a suivi tant de François Baulieu, sociétaire de la Comédie française, que de Rosine Rochette (Théâtre de la Cartoucherie) ou de Dominique Virton (Compagnie Renaud-Barrault), il allie ses connaissances du répertoire et ses compétences techniques acquises ces dernières années, à sa passion du théâtre. Il joue ainsi dans de nombreuses pièces et en met en scène une à deux par année. Il se consacre quasi exclusivement au théâtre. Pour la première fois, il jouera au Festival d’Avignon cette année.